top of page

Algorithme & blues

Dans son biais matutinal du mardi, Aurélie Jean explique pourquoi les étudiants en général et les filles en particulier devraient s'intéresser à la science algorithmique.

« Pourquoi les filles en particulier », vous entends-je vous exclamer devant votre écran? Parce que les filles en science deviennent une espèce rare, donc protégée, depuis qu'elles subissent de plein fouet les effets délétères de la réforme du bac imposée en 2019 par Jean-Michel Blanquer.

Avant cette réforme, explique Aurélie Jean, « les filles constituaient la moitié des élèves en première et terminale scientifique », un chiffre qui a considérablement diminué dès 2019, les effectifs des filles ne constituant plus qu'un tiers des filières scientifiques post-bac les plus sélectives.

Dans un monde idéal, devant les effets si manifestement négatifs d'une réforme, celle-ci serait suspendue. Dans le monde réel, on règle d'abord la question hautement prioritaire de l'uniforme à l'école.

Posts récents

Voir tout

L’académie des sciences s’emmêle

L’académie des sciences alerte à son tour sur « la sous-représentation des femmes dans les métiers des sciences et de l’ingénierie », qui « prive les sociétés d’une partie de leurs talents potentiels,

コメント


bottom of page